Semaine du goût: lapins à croquer

Idée de goûter pour les enfants pour la semaine du goût: lapins à croquer

Voici une idée de goûter facile à préparer pour les enfants qui vont éveiller leur papilles: des lapins gourmands!

Vous pouvez proposer cette idée de recette lors de la semaine du goût.

 

Ingrédients:

  • des barquettes de Lu au parfum de votre choix

Continuer la lecture de Semaine du goût: lapins à croquer

Evolution des dessins par stades de 0 à 12 ans chez l’enfant

Le stade du gribouillage( 12 à 18 mois environ)

Premières traces graphiques entre 12 mois et 18 mois

Grâce au progrès psychomoteurs (maturation nerveuse) s’effectue un premier dessin qui est la trace laissée par la main: cela correspond à une décharge motrice.

De ce constat de la trace l’enfant va chercher à la reproduire. Progressivement il acquiert un contrôle de son geste.

A ce stade le dessin n’a d’autre signification pour l’enfant qu’un plaisir lié à la décharge motrice.

Le stade du réalisme fortuit( Vers 2 ans et après)

Vers 2 ans et après, de façon spontanée ou suite à une question de l’entourage, l’enfant attribue une signification à son dessin. Cette apparition d’une signification est corollaire au développement du langage chez l’enfant. La signification qu’il attribue au dessin n’est pas en rapport direct avec le tracé et un même tracé peut avoir diverses significations.

Le stade du réalisme manqué(Vers 3 ans)

Vers 3 ans et après, l’enfant cherche à donner une intention à son graphisme, il découvre la possibilité de représenter des objets connus. Cependant il y a un écart entre ce qu’il cherche à représenter et sa réalisation. L’intention prime sur la réalisation.

Le stade du réalisme intellectuel (4 à 8 ans)

Vers 4 ans jusqu’à 8 ans, il va chercher à montrer ce qu’il sait du réel. Sa maturation nerveuse lui permet une meilleure précision des gestes, il fait des progrès dans la connaissance de son environnement et dans son analyse des objets.

Les dessins sont des récits de son expérience. Il utilise des procédés graphiques tels que : la transparence (on voit ce qu’il y a à l’intérieur) , le rabattement ( les oreilles sont  décollées du visage, les pieds de la table, rabattus sur une surface plane) , la schématisation ( des petites hachures pour représenter les cheveux ou l’herbe). De façon égocentrique, l’enfant montre ce qu’il sait de son propre point de vue.

Le stade du réalisme visuel (9 à 12 ans)

Vers 9 ans jusqu’à 12 ans environ, l’enfant va chercher à donner une représentation objective de ce qu’il voit. Il y a un effort d’ajustement au réel, il cherche à comparer le modèle et la représentation pour qu’ils soient au plus près. Il va chercher à situer les objets dans un espace tri-dimensionnel en introduisant l’idée de profondeur par la technique de la perspective et des ombres pour signifier le volume.